La belle belle belle belle Belgique !

Le départ de Londres se fait sans histoire, mais le trajet de bus vers Bruxelles est on ne peut plus pénible. Deux heures et demie pour sortir de Londres et arriver à Dover. Deux heures pour passer les douanes et attendre que le traversier veuille admettre le bus à son bord. Deux heures pour traverser la manche. Deux heures pour rouler de Calais à Bruxelles. Cette séquence saccadée met mon rythme circadien en pièces et je ne suis pas très joli à voir en ce matin du 24 janvier 2008. Déposé à la gare du Nord, je prends le train pour Louvain-la-Neuve quarante minutes plus tard.

J’arrive vers les huit heures dans ma nouvelle ville d’accueil. Le soleil se lève à peine et je m’aventure prudemment sur dans les rues de la ville. Je suis d’abord frappé par la statue des étudiants.

 

La Place de l'Université
La place de l’Université

Cette petite statue, je l’avais vu cent fois sur Internet. Cette fois, c’est vrai. Je la touche quelques instants. Oui, j’y suis. Quatorze mois après avoir décidé de partir en échange étudiant, j’y suis. Après trois emplois, un été fou, un stage, deux déménagements, un rapport de stage, une semaine en Angleterre et une nuit pénible de transit, j’y suis.

Un espresso et un croissant plus tard, je me rends de nouveau à la gare où j’ai rendez-vous avec Hélène. C’est elle qui va me céder sa chambre, alors qu’elle part elle-même en échange au Maroc. Après la bise (une seule bise chez les Belges), nous nous dirigeons vers le kot. Sur le chemin, je reconnais certains lieux que j’avais vus sur Internet. On arrive au kot et Hélène me montre ma chambre et les espaces communs. Tout est irréprochable et très propre. Après avoir déposé mes affaires, Hélène me ramène jusqu’en centre-ville où elle m’explique où sont situés les commerces et les services importants. En route, nous rencontrons Josée, ma collègue de baccalauréat qui est aussi en échange à Louvain-la-Neuve. Après avoir brièvement parlé, nous nous fixons rendez-vous le soir même. Hélène termine sa visite et me laisse seul dans le kot. Après une généreuse sieste, je pars faire les courses, pleure de joie devant le rayon bières et le rayon fromage, reviens au kot, mange puis refait une délicieuse sieste. Repu et reposé, je sens déjà mon amour pour la Belgique me rendre ivre.

Je me rends au rendez-vous avec Josée où elle me présente deux autres Québécoises en échange, Julie et Jessica, des universités Sherbrooke et Laval. Après quelques bières, Julie et Jessica nous quittent. Vingt minutes plus tard, nous rencontrons un groupe de Belges et nous lions d’amitié instantanément avec eux. Après une heure de conversation, ceux-ci nous amènent à La Casa, une mythique discothèque crade de Louvain-la-Neuve. Le sol est collant, les barmans se fichent de savoir si on paie ou pas, la toilette est le stationnement adjacent et on boit de la bière dégueulasse en grande quantité. Heureusement, la musique est correcte et nous dansons comme des fous jusqu’à trois heures. La magie de Louvain-la-Neuve opère de nouveau quand je constate que je n’ai pas de bus de nuit à prendre, mais seulement une marche de quatre minutes pour rejoindre mon kot et mon lit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :