Hopla keis!

Il y a plus ou mois dix ans, alors que je commençais le secondaire, j’occupais mes longues après-midi d’été à jouer aux échecs sur Internet. Un partenaire de jeux rencontré par hasard m’expliqua qu’il venait de Strasbourg, la plus belle ville d’Alsace. À partir de cet instant, je le sais, mon intérêt pour l’Alsace a connu son Big Bang, son année zéro, sa genèse. D’abord, j’ai tenté de convaincre mes parents d’aller visiter l’Alsace lors de notre premier voyage en Europe, en 2000. Rien n’y fit, l’itinéraire était déjà calculé (je ne suis pas à plaindre, nous avons quand même vu la Normandie, Bruges, Bruxelles, Genève, Nancy, le Valais suisse, Chartres et Paris!). Rebelotte pour 2002, où les destinations désirées n’étaient pas compatibles avec un passage au pays de la choucroute. Idem pour 2003, où mon voyage préprogrammé en Allemagne ne permettait pas de m’écarter de notre itinéraire et 2005, où les aléas de l’auto-stop et du couchsurfing me tinrent loin des cigognes et des colombages.

Cette fois, en 2008, ce fut la bonne. Mon plan : partir de Paris en TGV le temps d’une longue fin de semaine pour rejoindre Jérémie, un Alsacien rencontré chez Équiterre quelques mois plus tôt. RER-Métro-TGV et me voilà à la gare de Strasbourg et quelques minutes plus tard, en compagnie de Jérémie.

La petite France
La petite France, Strasbourg

Le reste de l’histoire est pur bonheur. À mille lieux de la fièvre parisienne, Strasbourg est une ville calme, ensoleillée et très propre. On y a aménagé un système super efficace de tramways et de bus qui laisse le centre-ville respirer. On s’y balade parmi les canaux, on flâne chez les bouquinistes du samedi, on s’émerveille devant sa cathédrale. De retour chez Jérémie, on mange de la bonne bouffe bio sur la terrasse ou on y lit tranquillement en compagnie de deux superbes chats. Le pied.

Jérémie m’amène aussi dans la campagne alsacienne, où l’on s’arrête dans un resto tenu par un copain à lui. Au menu : la Tajinoff, version remixée du traditionnel baeckeofe, flammekueche et vins locaux. Le chef connaissait sur le bout des doigts ses ingrédients, leurs producteurs et leurs particularités. Un personnage fascinant. Devant mon intérêt, il me fait goûter un fantastique fromage et une lampée bien rafraîchissante de bon vin. Le restaurant l’Oncle Georges (oui oui, c’est ça le nom!) à Pfettisheim : chaudement recommandé! Le lendemain, après une visite du Mont-Saint-Odile, on se refait un resto dans la ville d’Obernai : salade de pissenlit et lardons (surprenant!) et munster-patate-oignon. Le tout est évidemment accompagné d’un gewürztraminer, très bon vin blanc sucré local. Vous comprendrez que j’ai dû prendre quelques kilos en Alsace!

Une nuit de digestion plus tard, nous foulons une petite montagne des Vosges dans la neige. J’y rencontre des amis de Jérémie et d’autres amis d’amis. La balade est joyeuse, rafraîchissante et culmine avec un pique-nique venteux sur le sommet. De retour à Strasbourg, nous célébrons le changement d’heure (de la lumière jusqu’à 21h!) en dégustant un café alsacien (marc de gewurztraminer, café, crème) sur la terrasse de l’appartement de Jérémie. Difficile d’être plus peinard.

Sommet
Reconstruction d’un site romain au sommet de la montagne dans les Vosges

Pour le lendemain, je fais mes adieux à Jérémie, me replonge dans La Part de l’autre (probablement le livre que j’ai lu le plus vite de ma vie. Un vrai délice.), fais une petite balade en vélo autour des bâtiments modernes et vides des institutions européennes (Je crois que ce voyage a vraiment confirmé mon goût pour l’architecture contemporaine) puis reprend le TGV. Après ces quelques jours, difficile de ne pas aimer l’Alsace. Hopla keis!

Kadinsky au Centre Pompidou
Le parlement européen
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :